Règlement sur l’amarrage des bateaux

21 juin 2012

Conditions d’amarrage

  1. Tout bâtiment à l’intérieur du bassin doit répondre aux conditions d’amarrage obligatoires décrites ci-dessous.
  2. Tout bâtiment doit en tout temps être amarré en prévision de tempêtes, de coups de vent ou toutes autres intempéries soudaines.
  3. Tout bâtiment doit être retenu par des amarres en quantité et de dimension suffisante et en bon état.
    • 3.1 Le diamètre du cordage ne devrait pas être de moins de 3/8 de pouce pour les petits bateaux et de _ pouce pour les plus gros.
    • 3.2 Un bateau bien équipé devrait disposer d’au moins deux amarres d’une longueur d’au moins une fois et demi la longueur du bateau (ex : amarres de 45 pieds pour un bateau de 30 pieds).
  4. Les câbles de polypropylène sont formellement interdits.
    Le cordage jaune à base de polyéthylène ou polypropylène (flottant) NE DOIT PAS être utilisé pour l’amarrage. Ce cordage est très sensible aux ultraviolets et peut céder sans prévenir.
  5. Vous devez faire en sorte que les amarres laissées sur le quai ou sur les aiguillettes ne deviennent pas un danger et qu’elles soient rangées de façon à ne pas nuire pas à la circulation.
    • 5.1 Un amarrage soigné et des amarres lovées témoignent d’un bon sens marin.
  6. Tout bâtiment amarré doit être muni d’un minimum deux (2) défenses de chaque côté de l’embarcation.
  7. Toute installation électrique doit être sécuritaire.
    • 7.1 Si une rallonge électrique descend sur le quai pour brancher le bateau sur le courant électrique, assurez-vous que cette rallonge est plus longue que les amarres et ne risque pas de devenir elle-même une amarre.
    • 7.2 Aucune rallonge électrique ne doit être laissée branchée sur la borne de service du quai à moins qu’elle ne soit aussi branchée à une prise de raccordement sur le bateau. Le CVGR recommande aux membres d’emporter leur rallonge électrique sur leur bateau afin d’éviter les oublis, le vol et les accidents. Toutefois, si une rallonge électrique est laissée en permanence sur le quai, elle doit obligatoirement être débranchée de la borne avant que le bateau ne quitte son emplacement et être lovée de façon à ne pas poser aucun risque pour la circulation sur les quais.
  8. Tout bâtiment doit respecter les techniques d’amarrage généralement reconnues pour la voile de plaisance. Le diagramme suivant démontre la technique désignée par le CVGR comme étant la technique minimale pour les bâtiments amarrés aux quais du CVGR.
  9. Tout plaisancier doit sécuriser son bâtiment avant de quitter les lieux.
    • 9.1 Les biminis doivent être rangés afin de ne pas devenir des parachutes ou des tentes en cas de coups de vent soudains. Pensez à vos voisins et surtout au poids généré sur l’aiguillette et sur le quai par l’effet parachute.
    • 9.2 Les dodgers doivent être ouverts pour laisser passer le vent librement afin d’éviter l’effet parachute.
    • 9.3 La grand-voile et l’enrouleur doivent être bien sécurisés afin d’éviter tout déroulement accidentel par grand vent. Nouez une garcette autour de l’enrouleur à cet effet
    • 9.4 Aucune partie du bâtiment ne doit en aucun cas surplomber le quai. Reculez le bâtiment à au moins 15 cm. du bord du quai.

Terminologie

  1. Traversière arrière : de l’arrière du bateau vers l’arrière de l’aiguillette. Limite les mouvements latéraux de l’arrière.
  2. Traversière avant : de l’avant du bateau vers l’avant de l’aiguillette et/ou du quai. Limite les mouvements latéraux de l’avant.
  3. Garde montante : de l’arrière ou du milieu de l’aiguillette vers l’avant du bateau. Empêche le bateau d’avancer.
  4. Gardes descendantes : de l’avant ou du milieu de l’aiguillette vers l’arrière du bateau pour empêcher le bateau de reculer. Une 2e garde descendante du milieu du quai vers l’arrière du bateau est en tous cas obligatoire pour éviter que l’arrière du bateau n’exerce une pression indue sur l’extrémité de l’aiguillette.

Les gardes montantes et descendantes doivent être bien tendues (souquées). Les traversières ne doivent pas être très tendues, juste assez pour limiter les mouvements du bateau mais en s’assurant que le bateau ne donnera pas d’à-coup sur ses amarres s’il y a des vagues.Il est souhaitable que les traversières soient munies d’amortisseurs pour éviter les contrecoups sur les taquets des bateaux et des aiguillettes, du moins sur les bateaux les plus exposés au vent.

Interventions du personnel du CVGR

  1. Le personnel du CVGR peut en tout temps et sans avis préalable modifier l’amarrage inadéquat d’un bâtiment.
  2. Le personnel du CVGR peut en tout temps et sans avis préalable aborder un bâtiment pour le rendre sécuritaire.
  3. Un bâtiment trouvé délinquant sous n’importe quelle condition décrite précédemment se verra attribuer un avis écrit expliquant les fautes observées.
  4. Le propriétaire d’un bâtiment trouvé délinquant sous n’importe quelle condition décrite précédemment, et ayant déjà reçu un avis écrit à cet effet, se verra facturer des frais au montant de 35 $ pour toute intervention subséquente.